Le 19 juillet dernier, dans un communiqué de presse, le gouvernement malgache a décidé de suspendre les activités d’exploitation à Soamahamanina dans la région Itasy. L’exploitation aurifère mécanisée sur 7 carrés sur les 100 sollicités, effectuée par la société « Jiuxing mines », a été mise en stand-by afin d’apaiser la tension entre ladite société et une majeure partie de la population.

« Depuis le 19 juillet dernier, aucune activité n’est entreprise sur le chantier après cette décision gouvernementale ». Une précision du Directeur technique, Danny Rasolomanana afin de démentir les informations véhiculées actuellement sur les activités nocturnes de cette société.

« Nous n’avons aucunement l’intention de reprendre nos activités qu’après la décision du comité interministériel qui entreprend actuellement des actions de sensibilisation et de dialogue avec la population locale. Seuls les gros engins et les gardiens des lieux sont présents sur le chantier. Aussi, répandre par voie médiatique qu’il en sort 50 kg d’or par jour serait exagérée  », a précisé la responsable de communication, Stella Andriamamonjy.

Décision gouvernementale attendue

Effectivement, dans cette affaire, le gouvernement a pris l’initiative de favoriser le dialogue avec les principaux concernés craignant une récupération politique. Ayant entre les mains les dossiers complets de cette société avec les différents permis  en bonne et due forme  comme « le permis d’exploitation : PE n°19970, PE n°3823, PE n°20205,  et PE n°21587, les permis miniers PE n° 19970 et n°38234, le permis environnemental N°16/16-MEEF/ONE/ DG/PE délivré par l’ONE pour le site Andravolobe, permis minier, PE n° 38234 », la société reste également ouverte à tout entretien avec la population.

D’ailleurs, 27 propriétaires de terrains ayant accepté un contrat de location par bail se sont déjà regroupés en une association et rejettent les fausses allégations. «  Nous projetons très prochainement de faire des journées portes ouvertes pour éclaircir certains points causant ce quiproquo. Nous sommes en règle et nous n’avons rien à cacher, on pense que nous sommes seulement victimes d’une bataille politique», a déploré Stella Andriamamonjy.

Nadia



Source link

Affaire Soamahamanina : la société chinoise ouverte au dialogue (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.