Le fonds d’appui au développement destiné aux Collectivités territoriales décentralisées (CTD) attend les projets de développement venant de chaque district. La direction générale du budget auprès du ministère des Finances et du budget fait appel aux députés  pour définir la répartition des dépenses en la matière.

Le programme d’investissement public, tel indiqué dans la Loi de Finances initiale 2016 prévoit un fonds d’appui au développement de 200 millions d’ariary par district. Mais la répartition attend les projets de développement venant des Comités locaux de développement (CLD) présidés par le député de la zone, qui tardent  pourtant à venir. Les réalisations faites jusque là consistent en la mise en place des CLD au niveau de tous les districts.

« La balle est dans le camp des parlementaires qui sont à la tête des CLD. Une fois que les priorités dans chaque district sont définies, les CLD doivent passer rapidement à l’aménagement de crédit pour le déblocage de fonds », a affirmé le directeur général du budget Mialy Lanto Razanajato lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier au ministère des Finances et du budget à Antaninarenina.

Une lettre a été d’ailleurs envoyée hier à l’Assemblée nationale pour sensibiliser les députés à accélérer la réalisation de ces projets. Ce n’est qu’une fois les projets définis que le ministère de l’intérieur et de la décentralisation pourra s’atteler à la répartition des fonds.

Les décisions reviennent aux élus dans les districts

En effet, un décret ministériel définissant les fonctions du CLD est sorti le 3 mai dernier. Ce comité constitué du député élu dans le district, qui est également le président du CLD, du sénateur de tous les maires de la commune, des représentants des opérateurs économique dans la localité, et du service déconcentré, est en charge de tous les projets. La décision finale revient toutefois aux élus du district, entre autre les députés et les sénateurs.

 « Ces projets au niveau des CTD doivent suivre les priorités prévues dans le Programme national de développement (PND) et le Programme général de l’Etat (PGE). Les CLD devraient tenir compte également des besoins locaux », a précisé  Mialy Lanto Razanajato.

Riana R.

 



Source link

Développement local : les projets des CTD à la traîne (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.