Alors que les îles Rodrigues et Maurice sont touchées par une épidémie de fièvre aphteuse, le risque que les autres îles de l’océan Indien le soient à leur tour est jugé très élevé. La vulnérabilité du pays vient renforcer la menace pour Madagascar.

La fièvre aphteuse frappe aux portes des Grandes îles. La menace gagne Madagascar qui entretient des échanges commerciaux intenses, notamment avec Maurice. Outre les mouvements enregistrés, les trafics en tous genres sont également à prendre en compte. Il s’agit d’une maladie très contagieuse.

Pourtant les autorités se veulent rassurantes en annonçant lors du conseil de gouvernement de mardi dernier que «Madagascar est officiellement déclaré pays indemne de cette maladie jusqu’à ce jour. Mais la proximité de la maladie nous contraint à tirer la sonnette d’alarme pour demeurer constamment en éveil compte tenu de la position stratégique de notre pays et par rapport aux relations commerciales qu’entretient Madagascar avec les îles sœurs (…)».

Selon l’ordre des vétérinaires, tout animal abattu doit passer des contrôles avant d’être mis en vente. Les conséquences d’une contamination par ce virus pourraient être catastrophiques pour les éleveurs et l’économie malgache. En effet, ce virus qui touche les bovins, les porcs, les petits ruminants et les cervidés, et qui ne présente pas de danger pour l’homme, peut se fixer sur les semelles des chaussures, ou encore sur les vêtements.

Toute importation interdite

Le gouvernement a déjà pris des mesures d’interdire toutes les importations d’animaux vivants, de produits ou de sous-produits, de toutes denrées alimentaires d’origine animale et de toute alimentation animale en provenance de l’île où la présence de la fièvre aphteuse est suspectée. De ce fait, les ports et les aéroports seront saisis de ses mesures le plus tôt possible pour faire barrage au virus et ce malgré le fait que ces dispositifs de surveillance qui s’imposent comportent des restrictions qui pourraient occasionner des dérangements au niveau des postes frontaliers.

Par ailleurs, pour discuter de la mise en œuvre des dispositifs de surveillance, le ministre auprès de la présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage, le ministère des Transports et de la météorologie ainsi que celui du Commerce et de la consommation ont tenu une réunion avec les représentants du secteur de l’élevage hier à Ampandrianomby.

Pour revenir aux cas de Rodrigues et Maurice, des centaines de bovidés ont dû être abattus en quelques jours pour essayer de sauver le cheptel de la fièvre aphteuse à Rodrigues. Les autres animaux d’élevage ne sont pas épargnés. L’état de veille sanitaire d’urgence est décrété depuis le 3 août dernier. Le 6 août, Maurice est touchée à son tour, par le biais d’une cargaison de bétails venant de Rodrigues.

Arh.

 



Source link

Elevage : la fièvre aphteuse menace le pays (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.