Les dossiers de demande d’affectation de quatre cents agents du ministère de l’Édu­cation nationale passent sous délibération. Des refus pourront se produire.

La commission nationale d’affectation auprès du ministère de l’Éducation nationale se réunit à Tolagnaro, depuis hier, pour prendre des décisions sur les quelque quatre cents demandes d’affectation interrégionale que le ministère a reçues jusqu’à présent. Cette commission étudie cas par cas les requêtes en se basant sur les besoins de chaque région. « Les affectations et mutations ne doivent pas engendrer des situations de sureffectif ou de déficit flagrantes », a précisé un communiqué envoyé par le ministère, en marge de cette réunion.
D’après Sandrot Rabean­dalana, le directeur des Ressources humaines (DRH) de ce ministère, le manque de personnel est enregistré dans tout Madagascar, notamment, dans la partie Sud de la Grande île. « Travailler dans le Sud n’intéresse presque personne, probablement, à cause de l’insécurité. Dans certains endroits, les villageois quittent temporairement leurs résidences pour rejoindre d’autres villages, fermant ainsi l’école pendant un certain temps », explique-t-il.
La majorité de ces demandes d’affectation se concentrent essentiellement sur Analamanga.
« On ne nous motive même pas pour rejoindre ces zones enclavées qui sont souvent
des zones rouges. On le fera volontier si on nous traite comme les éléments des forces de l’ordre », a souligné Chantal, une enseignante d’une école primaire publique.

Refus
La commission nationale d’affectation pourrait ainsi décider le refus de certaines de ces requêtes. « Il faudra envisager le remplacement des postes vacants, au cas où plusieurs agents abandonneraient une localité, car on doit éviter autant que possible le manque de personnel », rajoute ce DRH.
Cette commission nationale d’affectation, composée des directeurs régionaux de l’Éducation nationale (Dren) et des représentants du ministère central, prendra une décision, ce jour, ou au plus tard, demain, selon toujours Sandrot Rabean­dalana. Et les décisions d’affectation devront sortir avant la nouvelle rentrée scolaire. « Toutes les ressources humaines qui assureront l’année scolaires 2016-2017 seront fin prêtes d’ici le début du mois d’octobre 2016 », indique-t-il.

Miangaly Ralitera