Les autorités de la Région Vatovavy Fitovinany ont décidé de fermer temporairement le site d’exploitation d’or d’Ambodinato, commune rurale de Vohilava, district de Mananjary. Le chef de Région et le responsable des Mines du Faritany de Fianarantsoa, accompagnés des autorités du district de Mananjary ont effectué samedi 28 août dernier une descente pour constater sur site les réalités qui ont motivé des manifestations des populations impactées par cette exploitation aurifère chinoise. Les manifestants ont imposé aux autorités du district et aux hiérarchies supérieures un ultimatum de cinq (5) jours au-delà duquel tout peut arriver ; autrement dit, il y a menace de troubles. Pour prévenir toute dégradation telle celle qui s’était produite à Mampikony où une entreprise chinoise, minière elle aussi, a du plier bagage en catastrophe, les autorités régionales ont suspendu l’activité de l’entreprise et immobilisé les engins et autres équipements déployés par l’exploitant. D’autant que la compagnie chinoise n’a pas pu présenter la légalité de ses activités : pas de permis d’exploitation, pas de permis environnemental, pas de cahier de charges, rapporte le correspondant de la radio Don Bosco à Mananjary.

Les habitants de nombreux villages de quelques fokontany concernés par l’exploitation se sont plaints de la destruction de l’environnement et tout particulièrement de la pollution de l’eau qu’ils utilisent et qu’ils boivent. Ils ont demandé des explications auprès du maire de Vohilava ; mais ce dernier leur répond qu’il n’est pas informé de cette exploitation aurifère pour dire qu’il n’a pas autorisé et qu’il n’a pas été consulté. C’est ainsi que les notables et ampanjaka sont descendus dans la rue pour faire entendre la voix des sans voix en quelque sorte comme diraient les membres de Justice et Paix. En tout cas, les appels de détresse ont été entendu ; les autorités ont constaté et pris des décisions qui évitent que la situation n’empire. Car à Soamahamanina, région Itasy, tout dialogue est rompu malgré la médiation de l’ONG Rohy si on devait croire à un certain Robson Pierre, leader d’une Ong opposée à l’installation de la compagnie chinoise qui y exploite l’or.

Bref, après l’Ilménite d’Analanjirofo, l’or à Soamahamanina, voici venir l’or de Vohilava Mananjary ; et on commence à évoquer aussi les terres rares d’Ampasindava et l’or dans le nord-ouest à Betsiaka Ambilobe.



Source link

Fermeture de l'exploitation aurifère de Vohilava Mananjary (Tribune)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.