L’association malagasy professionnel de l’élevage (MPE) tire la sonnette d’alarme  sur la crise de l’hormone qui persiste dans la filière porcine. Non seulement les mauvaises pratiques des éleveurs de porc ruinent complètement la filière, mais exposent également les consommateurs à un danger réel.

L’utilisation de l’hormone contraceptive «Confiance» pour engraisser les truies continue chez les éleveurs de porc malgré les sensibilisations faites sur les hauts risques liés à cette mauvaise pratique. En 2010, 80% de viande de truie vendus au niveau des bouchers dans plusieurs régions de l’île ont contenu des résidus de ce type d’hormone, et 40% des éleveurs de porc l’utilisent  pour l’engraissement de la viande, d’ après les chiffres de la MPE. La situation n’a guère changé, six ans après. Cette pratique se fait toujours dans les régions à fort potentiel en élevage porcin, telles les régions Analamanga, Itasy, Bongolava, Vakinankaratra , Boeny, Menabe, Sofia et Alaotra Mangoro.

«Le problème est que ce type de médicament est en vente libre à Madagascar. Les éleveurs de porc peuvent s’en procurer très facilement et à des prix abordables. Force est aussi de constater que certains techniciens dans le secteur en ont fait même un business», a affirmé le président de la MPE, André Ramilison, lors d’une séance de sensibilisation à l’endroit des  éleveurs, hier au Falda Antanimena.  Pourtant les consommateurs font face à un réel danger réel en consommant de la viande de porc ayant des résidus d’hormone. D’après Rivo Rabearivelo, vice-président de la MPE, «La perte de mémoire, le ramollissement des os, un risque élevé d’accident vasculaire cérébrale (AVC) et de cancer, mais aussi l’infertilité chez la femme peuvent être les causes de la consommation de viande de porc ayant des résidus d’hormone».

Une pratique interdite

Pourtant, la loi sur l’élevage, modifiée en 2006, interdit formellement l’utilisation de ce médicament à tout type d’élevage. L’utilisation de ce produit est passible de 6 mois à 2 ans d’emprisonnement et de 1 million à 5 millions d’ariary d’amende. Mais cette disposition ne semble pas empêcher la mauvaise pratique des éleveurs. «Une partie des éleveurs de porc sont au courant des risques sur l’utilisation de ce type de médicament mais continuent à l’utiliser. La volonté des éleveurs à changer de comportement est d’un enjeu majeur pour sauver la filière porcine à Madagascar actuellement», a poursuivi le vice-président de la MPE.

Après un atelier  sur la filière porcine qui s’est tenu récemment dans la capitale, l’hormone confiance n’est plus en vente libre auprès des dépôts de médicament, a souligné une représentante du ministère auprès de la présidence chargé de l’ Agriculture et de l’élevage, présente au Falda Antanimena, hier.

Riana R.

 



Source link

Filière porcine : les consommateurs exposés à un réel danger (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.