Les participants au XVIIIe synode de l’église reformée FJKM ont choisi une nouvelle tête pour diriger les quatre prochaines années. Le pasteur Ammi Irako Andriamahazosoa est sur le point de devenir le nouvel homme fort de la FJKM.

Les dernières tendances, hier tard dans la nuit, laissent croire que ce pasteur d’Androndra Fahasoavana, une petite paroisse dans le sud de la capitale, devrait remporter la victoire, sauf surprise.
À minuit, alors que l’élec­tion du président n’a pas encore commencé, le nom de ce pasteur connu pour sa culture de probité circulait déjà dans les desk comme étant le nouvel homme de l’église FJKM. C’est aussi le cas à Antsirabe. « Il est en bonne position de remporter ce scrutin », indique un pasteur joint au téléphone.
Avec cette possibilité d’élection du pasteur Ammi Irako Andriamahazosoa, la FJKM semble avoir rompu aux douze années de règne sans partage du Pasteur Lala Rasendrahasina. Les affaires « pas très catholiques » récemment lui ont coûté son trône. Il a perdu son allié en la personne de Marc Ravalo­manana, avec qui il a brigué sans difficulté le poste de président au cours des trois précédents synodes.
À Antsirabe, l’ancien homme fort de l’église avait eu des difficultés à siéger au sein du bureau central. Si d’habitude, l’homme d’égli­se réussit sans difficulté l’épreu­ve ultime du premier tour, cette fois ci, il avait dû passer au deuxième tour.
Charisme
Les trente années de sacerdoce derrière lui seraient un atout pour cet ancien directeur du séminaire de la Faculté de Théologie d’Amba­tonakanga. Ses pairs de la FJKM reconnaissent en lui un vrai leader. Son éventuelle élection lui permettrait d’exaucer ses vœux à prendre la tête de son église.
Depuis le grand synode d’Ambatondrazaka en 2004, il faisait partie des candidats au poste de président de la FJKM. Mais à l’époque, l’histoire dira qu’il a été écarté au dernier moment par les partisans de Marc Ravalo­manana pour être ensuite écrasé par Lala Rasendra­hasina quelques années plus tard.
À part ses activités au sein de l’église, le Pasteur Ammi Irako Andriama­hazosoa est aussi un enseignant au sein de la faculté des lettres et sciences humaines de l’Université d’Antana­narivo. Ses anciens étudiants voyaient encore en lui « un homme disponible, attentif, et prêt à partager ses connaissances avec ses étudiants ». « Il a du charisme », a réagi un fidèle après avoir entendu que le pasteur figurait parmi les favoris à la présidence de la FJKM.
Mais à l’heure où nous mettons sous presse cet article, tout n’est pas encore joué à Antsirabe. Des surprises pourraient avoir lieu. Qui sait de l’œuvre du Saint Esprit sur les quatre cent trente cinq membres de ce synode
Lova Rafidiarisoa