Le meurtre en pleine rue, mardi, de l’étudiant français d’origine indienne, a déclenché une saisine du Quai d’Orsay. Aucune arrestation n’a encore, en revanche, été effectuée.

Que justice soit faite. La famille de Farhane Houssenaly, le jeune français d’origine indienne, froidement abattu à bord d’une Hyundai Y20 à Mangasoavina Besarety mardi en début de soirée, réclame justice. Hier, les proches du jeune défunt, ont envoyé au Quai d’Orsay, un courrier électronique, dans lequel ils font part de leur détresse. «Une semaine s’est écoulée, mais les enquêtes n’ont encore rien donné», se désole un membre de la famille. « Farhane Houssenaly jouissait de la nationalité française, aussi nous sommes-nous adressés au Quai d’Orsay, vu que le consulat n’a pas encore réagi», poursuit-il.
Selon ses explications, la communauté Khoja, à laquelle appartient la famille endeuil­lée, a déposé, samedi, une plainte auprès de la brigade criminelle à Anosy.
«Une autre plainte sera déposée incessamment au parquet du tribunal à Paris», ajoute-t-il.
Criant haro à de tels crimes, les amis de Farhane Houssenaly, préparent une marche pacifique. Ils invitent, en l’occurrence, les familles, déchirées par des actes criminels, à l’instar de celle d’Annie, la fillette de 14 ans, kidnappée à Toamasina avec son frère Arnaud le 23 novembre, souillée et torturée à mort par ses bourreaux, pendant sa captivité.
Les organisateurs mettent en avant qu’ils sont en phase de soumettre leur demande, pour la tenue de la marche en question. Par ailleurs, ils appellent toute personne, sensible à leur cause, à s’habiller en noir le jour «J» de la manifestation.
Ayant étudié au lycée français à Ambatobe, Farhane Houssenaly, a poursuivi ses études supérieures à Paris.

Deux suspects
«Il était en début de cursus de management, lorsque la mort l’a happé. C’était un jeune homme  parfait. Il était sorti premier lors de son passage en deuxième année», confie l’un de ses proches parents.
Farhane Houssenaly est venu passer ses vacances à Madagascar, lorsqu’il a été tué. S’apprêtant à revenir en France, sa famille lui avait déjà acheté le billet de retour, lorsque le meurtre a été commis mardi aux alentours de 17h30. Ses funérailles ont été  effectuées à Ilafy dès le lendemain.
Le défunt était accompagné de son père et de son frère, lorsque leur véhicule a été intercepté par le gang, en face de l’église catholique apostolique romaine de Manga­soavina.
Selon les informations communiquées, une Peugeot de couleur sombre, avait coupé la route à la Hyundai Y20, dans laquelle ils se trouvaient. Les assaillants opéraient à visage découvert. Un individu de grande taille était au volant du véhicule de la bande. Dès que celui-ci s’est arrêté, son complice est sorti, arme à la main, pour arroser  leur véhicule de balles. Quatre impacts de projectiles sont relevés sur la Hyundai Y20. Frappé d’une balle en plein dos, Farhane Houssenaly, a été tué sur le coup. Sa famille rejette la thèse d’un braquage, du fait qu’ils ne transportaient pas de fonds au moment des faits.

Seth Andriamarohasina



Source link

Fusillade à Besarety – La famille endeuillée saisit le Quai d’Orsay(Express)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.