Faute de moyens financiers et de connaissances en gynécologie, la plupart des femmes ne consultent un médecin que lors des complications. C’est ce qui ressort de la neuvième journée du Collège malgache des gynécologues obstétriciens (Comago) qui s’est tenue, hier, à l’Hôtel Ibis Ankorondrano. Cette journée a été l’occasion d’échanger les expériences entre gynécologues et d’approfondir dans ce sens les connaissances dans ce domaine de spécialisation.

Cette année, le thème a été axé sur les urgences en matière de gynécologie obstétrique. Dans ce sens, les infections, les hémorragies avant, pendant et après l’accouchement et les tensions artérielles chez les femmes enceintes sont les cas les plus fréquents et qui peuvent même entraîner la mort. Selon les dernières statistiques, 478 sur 100 000 naissances vivantes ont été enregistrés.   Ainsi, dans le cadre de la prévention, une femme doit au moins voir un gynécologue deux fois par an.

D’après le professeur  Pierena Randaoharison, membre du Comago, dès la phase prénatale, les femmes doivent consulter un médecin. Cependant, les médecins sont insuffisants dans le domaine. En effet, les médecins spécialistes manquent dans le pays. Actuellement, environ 60 gynécologues se regroupent dans le Comago et sont répartis dans les chefs-lieux de provinces de Madagascar.

Mamisoa Antonia

 



Source link

Gynécologie : méconnue par les femmes malgaches (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.