En prison. Jean Nirina Rafanomezantsoa, président de l’association « Hery sy andry fiarovana eto Antana­narivo Renivohitra iombonana » ou HAFARI a été mis en détention préventive à Antanimora hier après avoir passé devant la barre. Il faisait l’objet de neuf plaintes, selon une source judiciaire.
« Ces plaignants, des habitants de la capitale ou encore de Soaniadanana à Ankazobe, lui accusent d’escroquerie dans des affaires d’attribution de terrain », explique l’avocat des plaignants. « Cette personne fait aussi l’objet d’une autre plainte de violation de domicile. Il est accusé d’être entré en infraction dans une propriété privée à Andrefan’Am­bohijanahary », continue d’expliquer l’homme de loi.
L’association Hafari est surtout très connue pour ses actions dans le domaine du foncier et son projet d’exode urbain. Dans ce sens, elle avait érigé un site pilote à Soaniadanana à Ankazobe, sur la route nationale 4 où son association prévoit de loger quatre mille cinq cent familles dans deux cent quarante toits.
Très connu pour sa verve et ses sorties médiatiques, Jean Nirina Rafanomezantsoa prônait à chaque occasion d’offrir des terrains aux plus démunis et de les faire sortir de la misère. Mais la situation en a décidé autrement. Le leader de cette association risquera de passer plusieurs jours dans les geôles d’Antanimora en attendant son procès qui se tiendra le 20 septembre. Une situation qui pourrait faire sourire  un élu.

Lova Rafidiarisoa