Illustrant le folklore malgache dans toute sa grandeur, il s’affirme comme un genre musical et un art oratoire typique de la Grande île qui émerveille autant par l’énergie qu’il retranscrit sur scène que les textes qu’il véhicule. Le fait est que, de génération en génération, le « Sôva » s’est toujours illustré telle une chanson à texte poétique à travers lequel le peuple évoque ses envies, ses besoins et sa perception par rapport à la société en général, à l’instar du « Hira gasy ».
Ainsi pour faire valoir cet art oratoire, « Festisôva » initié par l’association « Tanora mbola ho beazina » (Tambohobe), un événement exclusif qui lui est destiné convie tous les amateurs, chaque année, à découvrir et redécouvrir le « Sôva ». Pour sa cinquième édition, l’événement envahira le parvis de l’Hôtel de ville Analakely ce 27 août dès 10h pour festoyer avec lui. Ils sont plus d’une quinzaine de troupes à s’y mettre en scène à l’occasion et à amuser le public tout en l’éblouissant d’un rouge éclatant comme le veut la tradition. .
La cinquième édition du « Festisôva » sera portée par une thématique bien précise aussi cette année, « Non à la violence ! Oui au fihavanana, à la paix et à l’unité ». Un thème à travers lequel les troupes se rallieront pour se faire entendre. Le fameux « Donabe mifampitaha », un genre de duel fraternel sublimera aussi la scène à cette occasion, opposant la troupe de Tsiazom­paniry et la troupe Tanora Vonona d’Andraisoro, de même que Fanja Anjanahary fera face au Hazo midoroboka d’Ampamarinana. L’événement est entièrement gratuit et se destine à tout public.

Andry Patrick Rakotondrazaka