Deux ans après le retour à l’ordre constitutionnel, Madagascar peine toujours à se relever. Pour l’Union africaine, l’application totale de la feuille de route reste la seule solution à cette impasse.

Cinq ans sont passés depuis la signature de la feuille de route par les différentes parties prenantes mais force est de constater que la situation ne semble pas s’améliorer. L’instabilité politique perdure et les opposants réclament la tenue d’élections anticipées.

L’Union africaine, par le biais de sa représentante résidente, Hawa Ahmed Youssouf estime hier à Ankorondrano durant l’atelier interactif à l’intention des partis politiques que, « Toutes ces difficultés résultent de la non application de la feuille de route dans son intégralité ». A noter que l’UA est l’un des concepteurs de la feuille de route.

Il faut noter que plusieurs points ne sont pas encore appliqués dans ce document, pour ne citer que la mise en œuvre de la réconciliation nationale, ou encore l’indemnisation des victimes des crises de 2002 et de 2009. Si la réconciliation nationale attend toujours la nouvelle loi, l’indemnisation des victimes attend  l’approvisionnement de la caisse du Fonds de solidarité nationale.

Contre l’élection anticipée

Ainsi, les revendications du bloc des opposants ne semblent pas être la solution. « Ce ne sont pas les élections anticipées qui vont sortir Madagascar de cette situation », explique Hawa Ahmed Youssouf. « Nous sommes ici pour vous accompagner, pour discuter et trouver ensemble des solutions. Ce n’est pas en créant des problèmes que l’on pourra avancer », souligne-t-elle. La représentante de l’UA à Madagascar soulève ainsi le problème de financement de ces élections si le cas se présente.

Concertation et dialogue

Pour l’instant, l’UA a les yeux rivés sur Madagascar en vue des prochaines élections. C’est d’ailleurs une des raisons de cet atelier qui consiste à organiser une rencontre entre les parties concernées pour le respect de la démocratie. L’Union africaine insiste ainsi sur la tenue d’un dialogue. « Les différents acteurs devraient se concerter pour trouver une solution ensemble face aux problèmes du pays », a-t-elle fait savoir.

A travers ce programme, l’UA et le Pnud envisagent ainsi de créer un environnement propice à la consolidation de la paix et de la démocratie dans le pays à la veille de la tenue d’élections crédibles, transparentes, pacifiques et inclusives en 2018.

Au cours de ces deux jours d’interaction, les membres des partis politiques seront amenés à échanger sur leur rôle et mission, l’importance de la démocratie interne dans les partis politiques, le fait majoritaire dans les démocraties modernes, le rôle de l’opposition, ainsi que la représentativité du parti et la question du genre.

Tahina Navalona

 



Source link

Instabilité politique : l’UA insiste sur la feuille de route (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.