Soutenu par l’Union européenne, le projet de l’Is’art galerie baptisé « Pour le développement du milieu artistique au bénéfice des citoyens » bat actuellement son plein. Débuté le 1er juillet dernier, il a déjà effectué plusieurs ateliers auprès des jeunes marginalisés de la capitale.

Son objectif est d’éduquer ces enfants à l’art, de rendre l’art utile afin d’améliorer les quartiers et enfin, de donner une scène aux artistes amateurs. Ainsi, le projet se tient en trois volets. Le premier consiste à rendre accessible l’art en embellissant la ville avec des fresques murales, des graffitis, la sculpture… 12 artistes de l’art virtuel seront mobilisés durant le projet. Ils vont réaliser quatre grandes fresques à Androhibe, Amboditsiry et Manjakaray.

Le second volet est de donner des ateliers aux enfants bénéficiaires des ONG et associations, ainsi qu’aux élèves des EPP de la ville. 240 ateliers se tiendront jusqu’à la fin du projet, c’est-à-dire le 31 janvier 2017, à raison de 32 ateliers par mois. Ils initieront ces jeunes à la peinture, au graffiti, à la sculpture et l’art plastique. «En collaboration avec l’association Grandir dignement, nous venons de donner un atelier aux mineurs incarcérés à la maison de correction d’Antanimora cette semaine. Nous entamerons avec un autre ONG la semaine prochaine », a expliqué l’un des responsables.

Dénommé « Scène et diffusion », le dernier volet a pour objectif de donner une scène d’expérimentation aux artistes amateurs afin de pouvoir professionnaliser leurs créations. Il est destiné aux arts de la scène, c’est-à-dire la musique, la poésie, la danse, le théâtre, le cirque…

Holy Danielle



Source link

IS’ART Galerie : l’art au bénéfice des citoyens (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.