Depuis plus de 10 ans, l’Etat malgache n’a pas de réelle politique de protection et de défense des ressources naturelles ; c’est la réaction de l’ancien ministre de l’Environnement sous la transition, Joseph Randriamiarisoa, par rapport à l’issu du procès relatif au bois de rose à Singapour. Il est vain d’attendre une quelconque action de défense des ressources naturelles de la part du gouvernement déclare-t-il, ni de défense des frontières. Les dirigeants n’ont pas de politique d’exploitation des potentiels énormes qu’offre le pays pour les mettre en valeur et les transformer en richesses qui soient bénéfiques au pays ; et cela celui plus de 10 ans, souligne cet ancien ministre. A son avis, il n’y eut aucun Etat qui s’est penché sérieusement sur la politique publique, que cela soit en économie ou dans le social. Le plus grand problème est l’insuffisance d’Etat pour ne pas dire qu’il n’est nulle part.

Joseph Randriamiarisoa n’est pas le seul ancien dirigeant qui s’exprime de la sorte. L’ancien Premier ministre Omer Beriziky lui aussi a rejoint le camp des critiques proches de l’opposition ou de ce qui se présente comme telle au régime Rajaoanarimampianina. Par contre les catholiques ont précisé leur position ou les dernières déclarations intervenues dans le sillage de la manifestation de Soamahamanina que des politiciens et autres associations du genre ont utilisé à leurs profits. Ces derniers n’ont effectivement pas hésité à trouver dans ces déclarations des entités catholiques tel le message de Justice et Paix en date du 15 juillet dernier, un autre boulet rouge contre le régime en place (voir ci-dessous la déclaration de la Commission des évêques de Justice et Paix). L’Eglise catholique demeure dans l’éducation et ne se verse pas dans la politique politicienne.



Source link

« L'Etat n'est nulle part » (Tribune)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.