Démolition. Trois maisons, parmi les neufs existantes à la Cité abattoir, qui se trouve sur la route  digue d’Andohatapenaka ont été démolies, au début de cette semaine. « Hier, à 6 heures du matin, des responsables au sein du ministère d’État en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, ainsi que des policiers et des huissiers sont revenus chez nous, après la démolition des maisons de nos collègues. Ils nous a demandé de quitter notre maison, avant qu’ils la détruisent », explique le docteur Marcellin Biarmann, un technicien au sein du ministère de l’Élevage, habitant de la cité, hier.
« De plus, les représentants de l’État ont montré des arrêtés ministériels, auxquels les huissiers ne doivent accorder aucune importance », rajoute-t-il. « Un huissier de justice ne doit jamais prendre en compte des arrêtés étatiques. La décision du justice est la seule adoptable pour un huissier de justice », explique Hery Andriatsima, président de la Chambre nationale des huissiers de justice.
De son côté, un responsable au sein du ministère a indiqué que « ce sont des maisons administratives, le ministère a complètement le droit de les démolir si l’Etat en a besoin ».

Helifetra Randriaminovololona