Le réveil d’une province

Fort-Dauphin, dont beaucoup de gens ignorent peut-être les sites pittoresques et la passé tragique, vient de prendre son essor. La fête du 14 juillet fut célébrée avec un entraînement remarquable ; la fanfare de la Mission catholique parcourait nos rues illuminées encombrées par une population enthousiasmée ; puis une revue passée par notre sympathique commandant d’armes M. Brot et parmi la foule joyeuse la gracieuse fanfare de la Mission protestante faisait entendre les morceaux les plus variés.

Nous savons tous que, depuis bien des années, à pareille époque, les colons virent à l’approche de ce jour immortel une circulaire les invitant à rester chez eux. Cette année, à 9 heures, contrairement à cette coutume néfaste, nous nous vîmes sans surprise réunis dans le salon de la Résidence où Monsieur Béréni, avec cette modestie unie à de la bienveillance, rendit hommage à nos héros de l’heure, aux chers disparus et au triomphe prochain.

Le clou de cette fête dont chacun emporta un inoubliable souvenir fut une soirée théâtrale organisée par la bienveillante population hova ; la recette s’élevant à peu près à 850 frs est exclusivement destinée à adoucir les souffrances de nos vaillants frères d’armes afin qu’ils sachent que, même dans les recoins perdus de nos colonies, on n’oublie pas ceux qui là-bas meurent pour défendre notre patrie.

Le Breton René.

Fort-Dauphin, le 18 juillet 1916.

Le Tamatave

La canne à sucre revient en faveur

Une campagne active va être menée en faveur de la culture de la canne à sucre et du rétablissement des usines à sucre, jadis abandonnées à Madagascar en pleine prospérité.

Les événements actuels serviront de leçon sans doute. En tout cas, ils auront permis de montrer ce que valent nos colonies et ce qu’elles peuvent produire.

Si on s’était préoccupé un peu plus activement de la question des transports, si des bateaux avaient assuré des services réguliers, la métropole aurait eu de ses colonies, en particulier de Madagascar, toutes les satisfactions qu’elle était en droit d’attendre.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com



Source link

Madagascar il y a 100 ans (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.