Les maladies infectieuses comme la fièvre typhoïde (FT)  et l’infection cutanée restent les plus fréquents des problèmes de santé dans les villes côtières comme le cas de Mahajanga. Dans ce contexte, PSI Madagascar par l’intermédiaire de ses représentants locaux, a organisé hier, une séance de «prévention des infections» dans quelques centres de santé locaux.

Dans la capitale du Boeny, 50% des gens consultant les médecins sont atteints de maladies infectieuses.  L’eau insalubre et le manque d’assainissement de base et d’hygiène figurent parmi les facteurs de propagation de ces maladies. «La prévention des infections a deux objectifs, la protection du personnel et la protection du patient. Elle concerne en général le lavage des mains avec du savon, le port de gants et de vêtements de protection, la gestion du matériel souillé et  l’entretien des surfaces souillées», a détaillé Lydia Ramanitrinizaka, du cabinet médical à Mahatsinjo.

Le reflet de la santé et de la propreté

En moyenne, 5 malades sur les 10 que le centre accueille chaque jour, sont atteints de la fièvre typhoïde.  Au-delà d’une simple  recommandation,  les agents sanitaires de PSI  sont aussi qualifiés pour traiter les maladies infectieuses.

«En réalité, la prévention des infections nécessite peu, sinon pas de moyens alors que le traitement des maladies infectieuses comme la typhoïde requiert au moins la somme de 100 000 ariary», a-t-elle déploré avant d’enchaîner : «en tant que professionnels de la santé, il est de notre obligation d’appliquer à la lettre toutes ces recommandations non seulement  pour l’intérêt de nos patients mais également pour notre propre santé. Au delà d’un simple agent sanitaire, on se doit d’être un éducateur et un reflet de la santé et de la propreté dans la société».

Joachin Michaël



Source link

Mahajanga : les maladies infectieuses en hausse (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.