Le mouvement « Mitsangàna ry Malagasy » tiendra un meeting ce jour à Andrefan’Ambohijanahary. Un nouveau procès contre le régime Rajaonarimampianina.

Après un break de quelques semaines, le mouvement Mitsangana ry Malagasy revient à la charge. Il prévoit de tenir une grande réunion, ce jour, à Andrefan’Ambohijanahary. Après les échecs cuisant du mouvement Antso ho an’ny Fanavotam-pirenena (AFP) de Faniry Randriamanantany, les tenors politiques de cette entité veulent prendre
le relais et occuper le terrain. Ainsi, ils tentent de rallier le maximum de monde à leur cause, notamment les
chefs de parti politique.
« Tous les Malgaches qui voient une mauvaise gestion des affaires nationales sont appelés à rejoindre le mouvement
et à unir leurs forces », a déclaré Jean Omer Beriziky, ancien premier ministre de la Transition.
Le samedi 9 juillet, quelques ténors de parti politique, comme cet ancien chef du gouvernement, les Hajo
Andrianainarivelo, Sylvain Rabetsaroana, Christine Razanamahasoa, Augustin Andriamananoro, Alain Andriamiseza, Joseph Yolland et Hery Raharisaina, ou encore d’anciens candidats à la présidentielle à l’instar
de Vahömbey et des nouveaux de la scène politique tel que l’APM conduit par Alban Rakotoarisoa, ont réclamé « la démission du président Rajaonarimampianina ».
Échecs
Ces têtes pensantes du mouvement seront sûrement présentes avec leurs équipes respectives. D’autres nouveaux venus, comme Pety Rakotoniaina, ou encore les leaders du « Dinika ho an’ny fanavotam-pirenena » et «Antso ho an’ny Fanavotampirenana », sont attendus à la réunion de ce jour. « Ils ont été contactés pour rejoindre notre cause », a confié Hery Raharisaina, ancien ministre de la Transition.
Les récents évènements comme les affaires de rondins de bois de rose de Singapour, le code de la communication,
l’insécurité, démontrant les échecs du régime Rajaonarimampianina seront mis aux premières loges des discours. Des motifs avancés pour justifier la tenue de la réunion et la nécessité du changement de régime.

« Les tenants du pouvoir actuels continuent de s’entêter dans la gestion des affaires du pays. La spoliation des richesses nationales au profit des intérêts personnels et d’un parti gagne encore du terrain », lance l’ancien chef du gouvernement.
Après sa première déclaration,le mouvement a pris un moment de break. La tenue des examens officiels étant, les membres du Mitsangana ry Malagasy, tempèrent ses frondes contre le pouvoir et laissent le terrain à d’autres mouvements comme l’AFP ou le DFP.
Lova Rafidiarisoa