A 16 ans, Mihajasoa Fanoela est vice-championne nationale 2016 en jeu d’échecs 2016. Selon cette jeune bachelière, pratiquer quotidiennement ce jeu forge la mémoire, et cela l’a beaucoup aidée dans ses études. Interview

*Les Nouvelles  : A quel âge avez-vous commencé à jouer aux échecs ?

-Mihajasoa Fanoela : Depuis l’âge de quatre ans. C’est mon père qui m’a initiée à ce jeu. C’est un grand passionné quoiqu’il n’ait jamais participé à un concours quelconque. Selon ses dires, il mise sur nous, ses enfants, pour devenir plus tard de grands champions nationaux et pourquoi pas, internationaux.

*Pourquoi avoir choisi plutôt l’échec que  d’autres jeux ?

– En tant que fille, j’ai aussi joué à d’autres jeux comme la poupée ou la dinette. Mais au fil des temps, jouer aux échecs m’a totalement accaparée, pour en devenir actuellement une inconditionnelle. De plus, depuis que j’ai fait de ce jeu ma passion, j’ai constaté qu’il est plus facile pour moi de retenir les choses. Cela m’a ainsi permis de développer ma mémoire et m’a beaucoup aidée dans mes études. Dans ce jeu, plus on s’enrichit en expériences par la mémorisation des stratégies, plus on avance. Il ne reste que sa propre créativité pour se démarquer des autres.

*Depuis quand avez vous participé à des tournois ?

– Dès l’âge de treize ans, mais c’est cette année que j’ai obtenu le meilleur palmarès. Entre autres, troisième au tournoi national d’Open Chess 2016, première ex aequo au championnat national féminin et qualifiée pour défendre Madagascar aux 42es Olympiades d’échecs qui se dérouleront du 1er au 14 septembre prochain à Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan. Mais pour des raisons qui me sont inconnues, on m’a décommandée au dernier moment. Et enfin, lauréate du championnat national scolaire. Actuellement, j’essaie de ne rater aucune compétition pour renforcer ma capacité car j’ambitionne de devenir une joueuse professionnelle en la matière.

*Comment gérez-vous votre emploi du temps pour atteindre une telle ambition ?

– Je consacre trois heures de temps par jour à jouer aux échecs. Des heures consécutives ou réparties dans la journée. Dans la majorité des cas, j’ai comme adversaire l’ordinateur et des membres de la famille. Concernant mes études, j’envisage de faire carrière dans l’informatique.

Propos recueillis

par Sera R



Source link

Mihajasoa Fanoela : «Jouer aux échecs forge la mémoire» (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.