Discrètement. La mission de suivi-évaluation de Joaquim Chissano, envoyé spécial de la Communauté des États d’Afrique austral (SADC), à Madagascar, prend fin ce jour. Selon les informations, sauf changement, la conférence de presse prévue pour clore le séjour de l’ancien médiateur ne se fera pas.
« La raison de l’annulation est que tout ce qui devrait être dit durant ce rendez-vous a déjà été, largement, relayé par la presse durant cette semaine. Il n’y a plus rien à ajouter », explique, juste, une source avisée. À l’issue de sa rencontre avec Hery Rajaonarimampianina, président de la République, au palais d’État d’Iavoloha, mardi, l’envoyé spécial Chissano a indiqué qu’il était ici pour s’enquérir de la situation politique et économique dans le pays afin de pouvoir en informer les Chefs des États de la SADC.
Pour ce faire, il a multiplié les rencontres avec les responsables étatiques et les acteurs politiques et diplomatiques. Pour sa dernière journée de travail, hier, l’émissaire a rencontré les responsables de la défense et de la sécurité, ainsi que le corps diplomatique. En marge d’une série de rencontres, mercredi, l’ancien médiateur a fait part de l’autre objet de sa mission.
« Les observations seront principalement axées sur la garantie de la stabilité, de la sécurité (…) et la résolution des problèmes pour la mise en œuvre des décisions à prendre, étant donné que la réconciliation n’a pas été réussie. Ce qui demande un renouvellement de dialogue avec toutes les parties prenantes, et voir comment bâtir une vision commune», est l’autre objectif. Un mandat qui a motivé sa prise de position en faveur du dialogue « pour résoudre les problèmes ».
À l’instar de son arrivée dans la Grande île, l’émissaire de l’organisation sous-régionale devrait la quitter sur la pointe des pieds. La conférence de presse de ce jour étant, sauf changement, annulé, il faudra alors attendre la publication, par la SADC, du rapport final de la mission de son envoyé spécial pour connaître son impression sur la conjoncture post-crise à Madagascar.

G. F. R.