Mitsangana ry Malagasy ne reculera plus et insiste sur la tenue d’élection anticipée. Le mouvement s’intensifie et ne s’arrêtera qu’une fois l’objectif atteint. En effet, deux ans après sa prise de fonction, le chef de l’Etat n’a toujours pas fait ses preuves. 

Lors de sa première apparition, le mouvement Mitsangana ry malagasy a demandé la démission du chef de l’Etat. Pour son deuxième meeting de samedi dernier à Andrefan’Ambohijanahary, l’objectif n’a pas changé. Les membres du mouvement réitèrent la nécessité d’organiser une élection anticipée comme seule solution à l’impasse qui prévaut actuellement.

« Nous ne comptons pas nous en arrêter là, le mouvement se poursuivra dès la semaine prochaine », a indiqué le leader du Malagasy miara-miainga (MMM), Hajo Andrianainarivelo. D’après lui, « le régime actuel a totalement bafoué les lois en vigueur de telle sorte que la seule solution possible reste les élections anticipées ». Et d’ajouter que

« les dirigeants devaient se rendre compte de leur incapacité de sortir du pays de l’ornière ». C’est pourquoi leur démission est une réalité et que l’élection anticipée est une nécessité.

Changement radical

Le mouvement vise ainsi un changement radical dans la conduite des affaires nationales dans le dessein de respecter les règles de la bonne gouvernance. D’après ses membres, le mouvement « s’engage envers le peuple à mener à son terme le combat pour la transformation de la vie nationale et l’amélioration des conditions sociales de la population ».

« Deux ans après sa prise de fonction, le pays n’a fait que partir à la dérive à cause de cette incapacité à respecter la loi », a insisté le leader du MMM.

Détermination

Un message qui semble avoir été entendu puisque le mouvement a pris de l’ampleur pour cette deuxième rencontre. Si la première rencontre s’est déroulée à l’intérieur d’une grande enceinte à Andrefan’Ambohijanahary, cette fois, elle a dû  se tenir en plein air mais toujours au même lieu, vu le nombre de personnes qui ont répondu à l’appel.

Pour rappel, les initiateurs du mouvement ont demandé le gymnase couvert de Mahamasina, qui leur a été refusé. Dans tous les cas, les militants semblent déterminés à aller jusqu’au bout, drapeaux dans les mains, sous le  rythme du traditionnel « hira gasy », et sous la surveillance vigilante des forces de l’ordre.

Mis à part les leaders du mouvement, notamment Jean-Omer Beriziky, Hajo Andrianainarivelo, Christine Razanamahasoa, Sylvain Rabetsaroana, ou encore Faniry Alban Rakotoarisoa, ont également été aperçus sur place des artistes et politiciens, notamment Jaojoby Vahombey, ou encore des anciens parlementaires de la Transition.

Tahina Navalona



Source link

Mitsangana ry Malagasy : le mouvement de contestation s’intensifie (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.