Le « Mitsangàna ry Malagasy » consolide son assise dans la sérénité. La stratégie de ce mouvement est désormais la discrétion.

A l’opposé de la majorité des groupes qui s’opposent au pouvoir, ces temps-ci, le mouvement « Mitsangàna ry Malagasy » prend silencieusement son temps et ne veut pas agir dans la précipitation. Le groupe n’a pas encore officialisé une stratégie commune pour faire entendre sa voix. Dernièrement, à l’exception de la rencontre avec la population de Soamahamanina, les ténors du mouvement se font en effet plutôt discrets. Quelques-uns  participent  à des réunions des contestataires, notamment lors de la rencontre de Panorama, le 18 août dernier, du « Dinika ho an’ny fanavotam-pirenena ».

En dépit de ses ambitions affichées lors de la présentation officielle à Andrefan’Ambohijanahary, le 9 juillet dernier, à savoir le départ du Chef de l’Etat, le «Mitsangàna ry Malagasy» reste prudent tout en restant fidèle à ses principes.  Avec comme objectif commun de s’opposer au pouvoir actuel, le groupe est composé de personnalités présidentiables, à l’image de Jean-Omer Beriziky, Sylvain Rabetsaroana, Christine Razanamahasoa, Augustin Andriamananoro, Hajo Andrianainarivelo, Alain Andriamiseza, Joseph Yolland et Hery Raharisaina, ou encore Vahömbey. Le choix d’un seul chef de file reste ainsi difficile alors que la direction collégiale semble n’avoir jamais fait « recette» dans une plateforme politique.

À suivre

A cela s’ajoute la démarche à suivre. De deux choses l’une, s’en remettre aux dispositions de la Constitution ou opter pour un changement extraconstitutionnelle. Le premier choix implique l’attente de la présidentielle de 2018 avec comme corollaire le choix ou non d’une candidature unique. Tandis que le second passe par la descente dans la rue, qui inclut généralement la mobilisation de la population. C’est ainsi que certaines têtes pensantes du «Mitsangàna ry Malagasy» tentent de peser leurs  mots. «Les richesses de ce pays sont spoliées pour satisfaire des intérêts personnels et ceux d’un parti. En plus de cela, ils veulent maintenant museler la population. Aussi, sommes-nous ici pour appeler tous les Malgaches à se dresser contre l’injustice », avait alors scandé Jean-Omer Beriziky à Andrefan’Ambohijanahary.

Ces derniers temps, le mouvement semble, en tout cas, plus actif au niveau des médias, en l’occurrence à travers des entretiens privées ou encore des publications payantes dans les journaux. Mardi dernier, par exemple, le meurtre des deux français à Sainte-Marie n’a pas échappé au groupe. «Le régime incompétent et impopulaire actuel n’arrive plus à  assurer la  sécurité des personnes  et des biens, même dans  les grandes villes, (…). Les forces  de l’ordre sont plutôt concentrées  à terroriser  les  manifestants qui revendiquent leur droit», note une communication publié sur plusieurs quotidiens.

Jao Patricius

 



Source link

Mitsangana ry malagasy : le mouvement œuvre en coulisse (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.