Des dizaines de centres de dentisteries sont hors service à Madagascar. C’est le constat du rapport du ministère de la Santé publique, en marge de la soixante-sixième session du Comité régional de l’Organisation mondiale de la Santé ou OMS pour l’Afrique qui s’est tenu à Addis-Abeba du 19 au 23 août.  L’insuffisance des ressources humaines, ainsi que le problème d’équipement expliquent la fermeture de ces centres, d’après le professeur Willy Randriamarotia, directeur de cabinet du ministère de la Santé publique.
Il n’y a que mille deux cent vingt-deux odonto-stomatologistes malgaches pour  plus de vingt millions de Malgaches, alors que la norme exige un chirurgien-dentiste pour dix mille habitants. À Madagascar, le ratio chirurgien-dentiste et patient est différent, selon les lieux. Il peut aller de un sur neuf mille dans les grandes villes à un sur cent cinquante mille dans les zones enclavées.
Le ministère de la Santé publique vise l’accès de tous au service de santé bucco-dentaire, en implantant un centre de dentisterie, au niveau de toutes les communes de la Grande île.
Miangaly Ralitera