Maintenant l’appel ne vient plus de l’intérieur, mais de l’extérieur. D’autant qu’il s’agit d’un principe fondamental-la liberté de presse et d’expression-cher aux pays développés en l’occurrence les Etats-Unis. Dans une brève note pleine de sens et à ne pas prendre à la légère, ces derniers appellent aussi les parties prenantes dont les médias, les journalistes et l’Etat à se réunir autour d’une table pour discuter de ce qui en est vraiment du nouveau Code de la communication, au centre d’une pomme de discorde depuis des mois.

La note soulignant que « Les Etats-Unis soutiennent l’initiation d’un dialogue franc et ouvert… », prend tout son sens et n’a pas besoin de la mention, « sous les réserves d’interprétation au moment où le président de la République s’apprête à promulguer le texte. La liberté de presse et d’expression est un élément fondamental d’une démocratie forte.

Sûrement, cet appel « fort » est entendu en haut lieu, mais reste à savoir s’il sera pris en considération ou pas. Car force est de constater qu’avant les Etats-Unis, plusieurs entités au niveau national ont déjà interpellé l’Etat sur la nécessité d’un dialogue relatif au Code de la communication. Mais jusqu’à maintenant, elles ont juste prêché dans le désert.

Comble de l’histoire, de son côte, le régime par le biais du président de la République se dit ouvert au dialogue alors qu’en même temps, le processus vers la promulgation du texte suit son cours. Pour dire que le dernier mot appartient à Hery Rajoanarimampianina. Mais qu’importe sa décision ultime, Ce n’est pas la première fois et certainement pas la dernière que les Américains donnent leur opinion en matière de liberté et de démocratie à Madagascar.

RA

 



Source link

Un appel fort (NewsMada)
Tagged on:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.