Comme il fallait s’y attendre, la troupe du général Florens Rakotomahanina a rencontré la presse pour faire savoir que la manifestation de l’AFP (antso ho an’ny fanavotam-pirenena) prévue demain 19 août n’a pas reçu l’autorisation nécessaire. Ainsi, ces éléments des forces de l’ordre informent qu’ils vont sévir contre ceux qui s’entêtent à descendre encore dans la rue. D’après le général Florens Rakotomahanina, des rumeurs courent sur une possible émeute pendant cette manifestation ainsi que des tirs lancés dans la foule qui seraient après imputés aux éléments de forces de l’ordre. Ces derniers annoncent qu’ils vont boucler les zones sensibles, dont notamment le centre ville, très tôt dans la matinée et n’autoriseront quiconque de tenir une quelconque manifestation. En cas de persistance des leaders, ils notent qu’ils prendront les mesures nécessaires, à savoir des arrestations.

Les leaders du mouvement AFP ont déjà informé qu’ils ne vont pas déposer une demande d’autorisation de manifester sachant que cela va être refusé. Pour eux, manifester constitue une liberté fondamentale des citoyens pour faire savoir aux dirigeants les maux qui les rongent. Pour l’AFP, il s’agit d’une manifestation pour attirer l’attention des dirigeants sur la pauvreté extrême de la population suite à une mauvaise gouvernance et une corruption généralisée. Reste à savoir s’ils vont pouvoir attirer la foule à part leurs propres partisans.

Quelques leaders politiques ont déjà fait savoir leur opposition à cette manifestation notamment l’ancien Président Marc Ravalomanana mais aussi le parti AREMA et la conseillère municipale Lalatiana Ravololomanana. Pour le leader du parti Tiko Madagasikara, les protagonistes doivent se mettre autour d’une table pour dialoguer au lieu de s’affronter dans la rue.



Source link

Une échauffourée à craindre (Tribune)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.