Une panne sèche a duré près d’une semaine à l’île Sainte-Marie. Le retour à la normale ne rassure pas la population locale.

Les vacanciers et habitants de l’île Sainte-Marie ont été victimes de  par la pénurie de carburant, ayant duré plusieurs jours, cette semaine. «Le ravitaillement n’était pas assuré chez nous durant six jours d’affilée. L’approvisionnement a repris, hier (ndlr : jeudi), mais on ne sait pas encore jusqu’à quand cela va tenir », craint un habitant de l’île, joint au téléphone, hier. De longues files auraient été aperçues au niveau des stations d’essence, lors de ce retour à la normale.
À priori, ce ne serait pas la première fois que cette panne sèche s’est produite dans cette ville de la région d’Analanjirofo. « Le problème d’approvisionnement de carburant s’est produit il y a plusieurs semaines. Au début, la panne a duré deux jours par semaine, mais dernièrement, le problème a persisté », rajoute un responsable d’hôtel sur place.
Stockage
Cette pénurie a profité aux transporteurs en commun, mais aussi, aux commerçants. « Les chauffeurs de taxi ont augmenté à 30 000 ariary, les courses qu’on a fait à 20 000 ariary. Les commerçants de produits de première nécessité profitent aussi de la situation pour augmenter les prix de leurs marchandises», raconte une source. Des personnes auraient également transporté du carburant de Soanierana Ivongo, pour le vendre à 5 000 ariary voire
6 000 ariary par litre, à Sainte-Marie.
La semaine dernière, Sambava avait également connu cette pénurie, qui a entrainé la hausse des tarifs de transport, que les transporteurs ont maintenu. À Maroantsetra, des sources rapportent que le ravitaillement de carburant y est en difficulté.
Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) Harivelo Andrianarahinjaka précise qu’il ne s’agit pas du tout d’un problème de stockage à Toamasina. « Une hausse de la consommation a été constatée, ces derniers temps, alors qu’un seul paquebot assure le ravitaillement entre Sainte-Marie et Maroantsetra. En plus, les dépôts à Sainte-Marie, Maroantsetra et Vohémar ne répondent plus aux besoins et des extensions devraient être étudiées», a-t-il indiqué.
Les habitants de Sainte-Marie ont également rapporté que le mauvais temps a persisté, ces derniers temps, empêchant les bateaux de lever l’ancre au port, pour raison de sécurité.
Miangaly Ralitera