FiaraLe SeFaFi de déplorer que le pouvoir asservit le peuple, alors qu’il est tenu de le servir.

Le SeFaFi connu pour ses remarques pertinentes sur la bonne marche des affaires nationales s’est manifesté de nouveau. D’entrée de jeu, cet observatoire de la vie publique de souligner que « les conditions de vie dans la Grande Ile ne cessent de se dégrader. Victime impuissante, la population n’a d’autre solution que de se révolter périodiquement contre une classe politique qui la paupérise et qui la méprise, sans jamais se remettre en question elle-même. Force est de constater qu’aucun des trois pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire n’est à la hauteur de sa tâche… Ces carences proviennent de l’incapacité technique de certains, d’un manque d’honnêteté intellectuelle et de courage d’agir, et de mentalités et comportements pleins d’arrogance mais profondément ancrés ». Les dépenses somptuaires des dirigeants sont également pointées du doigt. « On songe aux incessants voyages en avion privé ou en première classe, aux fêtes somptueuses et aux habits de luxe, aux réceptions qui se succèdent dans les meilleurs hôtels, aux cortèges de 4×4 flambant neufs, vitres teintées… Ce faisant, le pouvoir asservit le peuple, alors qu’il est tenu de le servir ».

Programme. Cet observatoire de la vie publique tient d’ailleurs à faire remarquer que les hommes politiques en charge du bien commun sont élus sur un programme qui légitime leur pouvoir, et donc sur leurs promesses électorales tout en soulignant au passage que « le refus d’honorer la parole donnée enlève toute crédibilité à la classe politique ». Le SeFaFi d’enfoncer le clou en touchant mot aussi au code de la communication médiatisée « comment le citoyen peut-il accepter que seuls 18 députés sur 151 aient voté la loi scélérate sur la communication qui, malgré ses entorses flagrantes aux libertés fondamentales, a passé avec succès le contrôle constitutionnel et est sur le point d’être promulguée par le Président de la République ».

Tribunal anti-corruption. Les politiciens ont eu aussi leur part. Le SeFaFi de se poser ainsi la question « Faut-il en revenir à une nouvelle Transition, convoquer une nouvelle concertation nationale aussi peu représentative et aussi ouvertement manipulée que les précédentes, et bricoler une nouvelle Constitution ». Ainsi, face aux dysfonctionnements de la gouvernance du pays le SeFaFi propose la mise en place de la Haute Cour de Justice, du tribunal en charge de bois précieux et d’un tribunal anti-corruption impartial. Et pour couronner le tout, de commencer par sanctionner les corrompus les plus notoires.

Recueillis par Dominique R.

Images liées:

[See image gallery at midi-madagasikara.mg]

The post Voyages, voitures et habits de luxe : Les dépenses somptuaires des dirigeants pointées du doigt appeared first on Midi Madagasikara.


Source link

Voyages, voitures et habits de luxe : Les dépenses somptuaires des dirigeants pointées du doigt (Midi-Madagascar)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.